Pour pouvoir participer au 9e Vendée Globe, les 33 skippers ont passé, ce vendredi 6 novembre, un ultime test PCR qui conditionne leur départ dimanche après des années de préparation. Un protocole sanitaire mis en place par le Docteur Jean-Yves Chauve, médecin du Vendée Globe, afin de préserver l’ensemble des concurrents.

Le résultat est tombé ce matin à 8h28 et il est négatif. C’est une bonne nouvelle pour le skipper allemand qui peut donc s’élancer dans l’aventure et s’aligner au départ de l’épreuve prévu dimanche 8 novembre à 13h02 aux Sables-d’Olonne.

« C’est un réel soulagement ! C’était bien sûr un peu angoissant de subir ces deux tests avant le départ : l’un à J-7 et l’autre à J-2… C’est pour cela qu’en accord avec la Team Malizia, nous avions décidé de nous confiner plus tôt que prévu. Je suis ravi de pouvoir prendre la mer sur mon bateau et ne plus avoir cette épée de Damoclès au-dessus de la tête », a confié Boris à l’annonce du résultat.

 

La situation sanitaire bouscule donc cette 9e édition dont le coup d’envoi se fera à huis clos, une première depuis la création en 1989 de cette course autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance.

Les amateurs du Vendée Globe et les supporters du skipper de Seaexplorer-Yacht Club de Monaco, premier IMOCA à représenter officiellement la Principauté de Monaco, pourront néanmoins suivre le départ qui sera retransmis sur les différentes chaînes de télévision (liste des TV disponibles sur le site officiel du Vendée Globe), sur les sites du Yacht Club de Monaco, de Team Malizia et sur les réseaux sociaux.

Les membres du Y.C.M, qui sont particulièrement sensibles à cette participation, se donneront également rendez-vous, en ligne sur la plateforme Zoom, ce soir à 20h00, pour lui transmettre leurs encouragements.

A noter que le Yacht Club de Monaco vivra au rythme du Vendée Globe, en organisant tous les mercredis après-midi à 17h00, pour ses jeunes de la section sportive et ses membres, des points permettant de suivre la course, la comprendre mais également de s’immiscer – virtuellement – dans les conditions du réel à travers le logiciel Virtual Regatta.