9e Vendée Globe

Mercredi 20 janvier 2021. Ils reviennent fort, très fort dans le tableau arrière de Charlie Dalin (Apivia), actuel leader de cette 9e édition. Le bizuth de l’épreuve pousse sa machine au maximum malgré des problèmes de foils et colle au plus près du vent pour réduire la distance qui le sépare des Sables-d’Olonne.

Louis Burton (Bureau Vallée 2), un temps dauphin de cette folle remontée de l’Atlantique pointe plus à l’Ouest, à 143 milles nautiques de distance, tandis que Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco), qui porte les couleurs de la Principauté de Monaco, à 114 milles nautiques du leader, devance d’une étrave Thomas Ruyant (LinkedOut).

De l’incertitude après 73 jours de course

Ils se rapprochent à toute vitesse de la Vendée et de ses Sables-d’Olonne. Les hommes en tête de ce Vendée Globe font trépigner les terriens d’impatience et il est certain qu’eux aussi, ont envie d’en finir. Accompagnés par des alizés de Nord-Est à Est modérés, la flotte contourne les hautes pressions positionnées sur Madère. Charlie Dalin (Apivia) a opté pour une route plus courte pour compenser son foils bâbord qu’il ne peut plus déployer, Louis Burton (Bureau Vallée 2) quant à lui, continue d’abattre pour tenter d’aller plus vite sur une route plus ouest. Si les trajectoires sont différentes, l’objectif lui, reste le même.

« Ça va être très sport » soufflait Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) « il faut rester concentré à 100%, ce n’est absolument pas le moment de relâcher l’attention ni la pression et rien n’est acté ». Le skipper allemand joue lui aussi le podium de cette 9e édition et possède un avantage de taille : un bateau en parfait état de marche et deux grands foils prêts à lécher la surface de l’eau à pleine vitesse. Les faits sont là, il pointe pour la première fois depuis le départ en 2e position et file à plus de 16 nœuds (au pointage de mercredi 20 janvier à 18h00).

Epilogue inconnu

Le verdict du Vendée Globe est encore inconnu à une bonne semaine de l’arrivée. Un scénario incroyable, et ce n’est pas Armel Le Cléac’h, vainqueur de la dernière édition et invité du point Vendée Globe organisé hier au sein du Yacht Club de Monaco, qui le niera.

« A chaque édition, il s’écrit une nouvelle histoire. Quand on voit le scénario de ces derniers jours de course, cela promet un suspense incroyable et il est très difficile aujourd’hui de donner un vainqueur potentiel. Le futur vainqueur sera un grand marin mais sera surtout quelqu’un qui aura su bien gérer cette fin de course avec les pièges qu’il y a encore à traverser dont l’Anticyclone des Açores puis le train des dépressions jusqu’aux Sables-d’Olonne » poursuit le détenteur du record (74 jours, 3 heures, et 35 minutes). Il y a Charlie (Dalin) et Louis (Burton) qui ont pris un petit avantage sur les poursuivants mais Boris et Thomas peuvent encore jouer les trouble-fêtes. Boris fait une belle course. Il a été conservateur sur la 1ère moitié de la course. Il a su intelligemment ne pas attaquer avec ce bateau qui peut être très rapide. Il joue sa carte à fond. Il a toujours été bien placé. Il a été discret et a su se faire oublier. On sait qu’il a un bateau à 100% de son potentiel et qu’il est à l’aise quand il y a du vent. On peut avoir un non-français sur le podium et pourquoi pas rêver d’une victoire finale. »

Les premiers concurrents devraient rallier la terre ferme par un flux de Sud-Ouest. Une navigation qui sera alors synonyme d’empannages mais aussi d’effets de côtes à appréhender. La bataille tactique engagée depuis la sortie du Pot-au-noir est désormais à son paroxysme.

 

Pour suivre la course en direct : www.ycm.org ou https://team-malizia.com/